L’Energie Universelle selon la Science

Cette forme de « Lumière Invisible » est connue sous différentes appellations : Chi (Chine), Ki (Japon), Prâna (Inde)… Elle nous est aussi indispensable que l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons ou encore les aliments qui nous nourrissent.

Elle est présente dans toutes les croyances et religions.

La recherche scientifique :

– Selon la théorie quantique, mis en avant par Einstein, on peut résumer l’Univers ainsi : tout est énergie, donc tout est vibration, que l’on peut mesurer en fréquence.

On comprit alors que la matière est la manifestation concrète et organisée de l’énergie.

En effet, l’énergie utilise la matière comme support et la matière est structurée par l’énergie.

– Les physiciens définissent cette « Lumière Invisible » comme un bruit de fond, qui est permanent et qui nous environne à chaque seconde.

Ce bruit de fond est en fait un cocktail d’ondes sans lequel aucune forme vie ne serait possible. Personne n’y échappe ; il vient du cosmos, du soleil, des roches, de la terre et des êtres vivants qui nous entourent.

– D’ailleurs, le physicien Winfried Otto Schumann, en étudiant les caractéristiques de notre planète, de ses mensurations, de l’épaisseur de sa stratosphère et de sa vitesse de rotation, a découvert une série d’harmoniques dont la fréquence fondamentale est de 7,8 Hz.

Or, lorsqu’une personne prie ou médite, son rythme cérébral chute dans la « zone alpha (8-12 Hz) » par le simple fait d’avoir les yeux fermés. En calmant sa respiration, il devient régulier autour de cycles d’ondes cérébrales de 8 Hz, et entre de facto en résonance avec la première fréquence Schumann, 7,8 Hz.

– Selon les chercheurs de l’Université du Pirée, notre métabolisme de base se nourrit des aliments solides à hauteur d’un quart au maximum ; un autre quart serait tiré, grâce à nos mitochondries, de l’hydrogène de l’eau bue ; et enfin 50% de nos besoins énergétiques seraient fournis par cette « Lumière Cosmique » touchant la terre.

Certaines personnes seraient même capables de se passer de nourriture physique et de ne se nourrir que d’air, d’eau et de lumière (Respirianisme).

– C’est Nikola Tesla qui le premier put mettre en évidence par l’expérimentation l’existence de cette « Lumière », quantifiée en ondes très pénétrantes et de puissance suffisante pour être détectées au moins dans la bande des fréquences radio. Il les nomma « Ondes Scalaires », ces ondes ont des propriétés très différentes des ondes électromagnétiques découvertes par son contemporain Heinrich Hertz.

Le Pr Konstantin Meyl, un physicien allemand de réputation internationale, qui a continué jusqu’à aujourd’hui l’œuvre de Tesla, a mis en exergue le fait que les Ondes Scalaires sont de forme spirale ou longitudinale et non pas sinusoïde ou transversale comme les ondes électromagnétiques, ce qui explique qu’elles soient très pénétrantes et qu’elles soient reçues par des antennes de même forme, telles que les ADN de chaque cellule d’un végétal, d’un animal ou d’un être humain qui sont de forme spirale ou hélicoïdale ; de même les protéines sous leur forme active. Chaque parcelle d’un corps vivant est donc un récepteur à ondes électriques spirales ou ondes scalaires. (Accéder à l’article « Ondes Scalaires »)

Un organisme vivant n’a donc que peu à faire avec l’électromagnétisme naturel (ondes visibles et ondes radio), et encore moins avec la pollution électromagnétique qui nous entoure et nous transperce au quotidien. (Accéder à l’article « Ondes & Organismes »)

%d blogueurs aiment cette page :